Sacs de soute
Produit 2019
Homme, Femme

OSPREY Rolling Transporter 120

On pourrait parler pendant des heures de cet excellent sac qui nous a accompagné (et qui continue) autour de la planète dans nos multiples voyages et reportages.

 

C’est tout d’abord un très bel objet, très bien fini, au look à la fois « sport » et « ville ». A l’heure où tous les duffles (ce n’est pourtant pas un duffle) se ressemblent, le Rolling Transporter 120 se distingue par de superbes inscriptions sur le côté et le dessus : le logo Osprey traité en 5èmecouleur.

 

Testé de longs mois, on a largement apprécié son système de roulettes largement proportionnées qui permet d’économiser son dos lors des trajets. Le sac se pilote d’une main, sur presque tout type de terrain. Dans le sable, il trouve cependant (et logiquement) ses limites. Mais dans le gravier, il s’en sort plutôt bien. Les roues solides, ont le bon diamètre. Elles émettent un petit bruit sur les trottoirs et les surfaces dures, rien de gênant. Le châssis qui sous tend le sac est rigide et le Rolling Transporter 120 n’est pas sujet à la torsion. Par contre, Osprey a choisi de construire un sac allongé, ce n’est pas sans conséquence. Il fallait bien loger les 120 litres. Mais ce que l’on gagne en aisance (faible encombrement au sol) quand on se faufile au milieu d’une foule (quai de train bondé par exemple), on le perd quand le sac roule sur des zones de différentes hauteur, comme les trottoirs. Malgré une poignée très efficace, qui se dégaine ultra facilement et qui ne coince jamais, il est difficile de maintenir le sac d’une seule main quand il vrille. Certaines marques, comme Grégory, on choisi une poignée très large pour pouvoir retenir le sac lors des descentes de trottoirs.

 

L’autre inconvénient d’un sac long, c’est qu’il dépasse dans les compartiments des trains.

 

La base du sac est un mix entre solidité et poids raisonné. Un châssis plastique protège et rigidifie la base du Transporter. Une poignée rigide a été disposée : elle est très pratique et permet aussi de positionner le sac verticalement, une position que le sac tient sans problème. Le dessous est sujet à l’usure, les matériaux ont bin tenu, notamment lors des descentes de trottoirs où le tissu est exposé aux frottements.

 

Malgré sa taille imposante, le Rolling Transporter 120 se manie très facilement grâce à pas moins de 6 poignées : 5 semi rigides et une en plastique.

 

L’ouverture centrale est très aisée grâce à un zip solide et largement proportionné : il a l’avantage de coulisser du bout des doigts et de ne jamais se coincer. Les cordelettes des zips munies d’embouts plastiques sont très pratiques. On a apprécié la possibilité de cadenasser le zip (cadenas non fourni).Le zip est bien protégé par le rabat supérieur. Dans les angles du rabat de l’ouverture centrale, deux sangles assurent un serrage supplémentaire.

 

Nous avons beaucoup apprécié la poche extérieure qui permet de glisser des livres, son casse croute, une bouteille, son casque audio etc… Seul regret, elle n’est pas sécurisée : pas de possibilité de poser un cadenas.

 

Au dessus de ce compartiment, on peut glisser ses coordonnées sous une fenêtre transparente. On a positionné à cet emplacement une carte de visite en pensant que l’on allait la perdre car il n’y a pas de fermeture prévue : ça n’a pas été le cas, elle est restée en place.

 

Au niveau de la poignée supérieure, un compartiment accueille une sangle dont la fonction nous a échappé… Pour attacher le sac ? Maintenir la poigne métallique ?

 

A l’intérieur du sac, on se trouve dans une configuration « duffle », c’est à dire que le matériel, les effets personnels ne sont pas compartimentés. Tout peut donc se mélanger, s’entre choquer, à fortiori si le sac n’est pas plein. Attention donc aux choses fragiles. Trois petites sangles permettent cependant de maintenir en place  les objets, elles sont globalement efficaces. Mais on préconise l’emploi de sous sacs de rangement (nous, on utilise des sacs poubelle légers). Le serrage de ces sangles se réalise aisément.

 

 

Deux immenses poches filet sont disposées classiquement sous le rabat central, pratique pour le linge sale et autres objets non fragiles.

 

Le matériau employé tient bien le choc quand le sac est trainé au sol (comme sur un tarmac !), quand il pleut : le sac n’est cependant pas étanche mais il peut encaisser l’humidité grâce à sa déperlance.

 

 

Reste la question du poids qui est rapidement tranchée. Avec ses 3,850 kg, le Osprey Rolling Transporter 120 est largement plus lourd qu’un duffle classique mais beaucoup plus pratique ! On emporte effectivement moins de matériel avec lui mais on économise son dos dans les moments inévitables où il faut porter en voyage.

 

Au final, le Osprey Rolling Transporter 120 est un excellent produit, à un prix élevé mais dont le sérieux de conception et de fabrication est gage de durabilité et de praticité. Un superbe produit.

 

 

 

 

 

 

 

 

Dimensions : 97 cm x 57 cm x 38 cm.

"Le sac Osprey Rolling Transporter 120 est un excellent produit, à un prix élevé mais dont le sérieux de conception et de fabrication est gage de durabilité et de praticité. Un superbe produit."

Notes

  • 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
  • Solidité
    8
  • Confort roulage
    8
  • Qualité des zips
    9
  • Etanchéité
    8
  • Finitions
    10

Prix : 280

Poids

3850

Note globale

8.60

TEST LONGUE DUREE

novembre 2018

Nous avons utilisé cet équipement sur une longue période de temps
Voici ce que nous pensons après une utilisation intensive :

AVEZ-VOUS DES QUESTIONS SUR CE PRODUIT ?

Recevez vos réponses par email. Avez-vous une question particulière concernant la conception, l'utilisation, la durabilité ou autre sur un produit testé? Nous répondrons à votre question personnellement.

DONNEZ VOTRE AVIS SUR CE PRODUIT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    • TREKKING
    • VIA FERRATA
    • CANYONING
    • SKI
    • RAQUETTES
    • SKI RANDONNÉE
    • TRAIL RUNNING
    • VTT
    • VÉLO ROUTE
    • TRIATHLON
    • ALPINISME
    • ESCALADE
UP