Montagne
Produit 2018
Homme

Hoka Challenger ATR 4

Cette nouvelle Hoka Challenger ATR 4 réussi à proposer deux chaussures en une. Soit un produit qui possède une accroche très puissante sur tous types de terrain et surtout en montagne. Mais aussi une chaussure qui sait relancer sur les parties roulantes. Revenons en détail sur ces deux caractéristiques.

 

Sur les chemins escarpés, pas faciles à négocier en cette fin d’hiver où la boue se mêle aux feuilles mortes, aux cailloux qui roulent, la Hoka a montré un beau mordant sous les métatarses et en talon (ce qui permet de rattraper ou de limiter quelques glissades arrière). Dans la partie centrale, les crampons sont plus larges, moins accrocheurs et ne se chargent pas de boue. Cette semelle de manière générale donne une grande confiance dans l’approche des trails techniques, notamment à la descente où fidèle à l’ADN Hoka, elle filtre beaucoup, encaisse et protège de toute remontées d’aspérités du terrain.

 

L’autre face de la Challenger ATR 4, on la découvre sur les parties roulantes, où la présence affirmée de l’amorti en talon (on peut même parler des 2/3 arrière) disparaît car le coureur est « naturellement » positionné en appui quasi forefoot. L’effet décrit par Hoka, le rocker, est bien présent : on bascule sur l’avant dès que l’on commence à dérouler. On se surprend alors à accélérer et à être plus aérien, au moins pour un temps !

 

 

Bien entendu, que ce soit en conditions trail technique ou sur les parties roulantes, l’analyse de cette Challenger ATR ne pourrait être complète sans parler d’un élément transversal… et central : l’amorti. S’il est moins affirmé (et revendiqué) que sur certains modèles historiques de la marque, on note d’emblée un certain moelleux. Et franchement c’est très agréable lorsque l’on est fatigué, que la pose du pied est moins précise, que le terrain secoue (comme certains chemins truffés de cailloux agressifs)… L’amorti est largement présent sur quasiment toute la chaussure mais avec un effet diminué du talon aux métatarses. Ce qui surprend au début, et ce qui déstabilise les coureurs qui aiment être très proches du sol, c’est le petit jeu latéral de cette chaussure. La proprioception est plus sollicitée. L’assise est moins précise qu’un autre modèle plaqué au sol mais qui amortit moins, on pense notamment à une Salomon S/Lab Sense 6 SG.

 

Cette distanciation avec le terrain est due à la présence de l’EVA épais et à la position en hauteur du coureur même si Hoka met en avant le concept de « baquet », le talon descendant assez bas dans la chaussure. En tout état de cause, on perd en précision latérale ce que l’on gagne en confort, en amorti. Le drop global est de 5 millimètres, il se dispatche ainsi : 29 millimètres en talon et 24 aux métatarses. On peut donc avoir une chaussure au drop limité (5 mm) mais relativement haute (29 mm et 24 à comparer à la Salomon S/Lab Sense 6 SG qui affiche 4 mm de drop mais 20 mm en talon et 16 aux métatarses).

 

La semelle de la Hoka qui nous a plu est secondée par un mesh double couche qui est très agréable et ne provoque pas de point dur au niveau de la pliure des orteils. On a beaucoup aimé le pare pierre intégré, fin, léger mais efficace.

 

Le lacet plat est à la bonne longueur, il reste en position. Par contre le laçage demande de revenir sur la zone avant du pied car le lacet ne coulisse pas, il faut le reprendre. Il faut signaler cependant qu’une fois réglée la partie avant, le serrage est quasiment conservé lorsque l’on quitte la chaussure : les petites sangles qui servent d’œillets retiennent le lacet. La chaussure est respirante, confortable, les mousses en dessous de la malléole et autour du talon ont juste la bonne épaisseur. Le bonus : la petite sangle en talon qui permet de chausser plus facilement. La qualité générale des matériaux, des assemblages, des finitions est très bonne, c’est du sérieux.

 

Légère, amortie, accrocheuse, rapide sur les portions roulantes, la Hoka Challenger ATR 4 est une excellente chaussure arrivée à maturité. Il faudra vérifier sa longévité. Les coureurs aimant un produit très précis, proche du sol et nécessitant de courir tout le temps juste, se tourneront vers un autre modèle. Ceux qui privilégient le confort de l’amorti et le plaisir de la descente trouvent dans cette Hoka un produit taillé pour eux.

 

"Légère, amortie, accrocheuse, rapide sur les portions roulantes, la Hoka Challenger ATR 4 est une excellente chaussure arrivée à maturité."

Notes

  • 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
  • Maintien du pied
    8
  • Qualité de l’amorti
    9
  • Accroche
    9
  • Assise au sol
    7
  • Pare pierres
    9

Prix : 130

29 mm 24 mm5 mm

Largeur pied

M

TYPE DE PIED

Pronateur Universel Supinateur

Note globale

8.40

TEST LONGUE DUREE

décembre 2018

Nous avons utilisé cet équipement sur une longue période de temps
Voici ce que nous pensons après une utilisation intensive :

AVEZ-VOUS DES QUESTIONS SUR CE PRODUIT ?

Recevez vos réponses par email. Avez-vous une question particulière concernant la conception, l'utilisation, la durabilité ou autre sur un produit testé? Nous répondrons à votre question personnellement.

DONNEZ VOTRE AVIS SUR CE PRODUIT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    • TREKKING
    • VIA FERRATA
    • CANYONING
    • SKI
    • RAQUETTES
    • SKI RANDONNÉE
    • TRAIL RUNNING
    • ALPINISME
    • ESCALADE
    • VTT
    • VÉLO ROUTE
    • TRIATHLON
UP