Montres
Produit 2020
Homme, Femme

Suunto 5

Suunto, après avoir lancé sur les marché ses flagships, la Spartan Ultra, La S9 Baro, c’est au tour de la S5 et de la S3 de décliner le savoir-faire du fabricant finlandais (groupe Amer, lui-même chinois).

 

Nous nous sommes intéressés à la Suunto 5 car ses caractéristiques techniques et son prix autour de 300 euros en fait une excellente alternative aux montres outdoor haut de gamme Garmin, Polar et même certains modèles Suunto.

 

La Suunto 5 tient-elle ses promesses ? Nous l’avons testée pendant de longs mois, en vélo, en trail running dans le sable et ailleurs, sous la pluie, dans la boue, en sorties de nuit et en natation pour des entrainements triathlon.

 

Notre avis terrain peut être dissonant par rapport à celui d’un geek très focalisé sur le dernier widget et les aspects techniques.

 

Alors que nous avions été extrêmement critiques à la sortie de la Suunto Spartan Ultra, avec la Suunto 5, nous avons plutôt le sourire. Bien sûr, on peut lui reprocher quelques points de détail ou mettre en évidences quelques lacunes mais globalement, il s’agit d’une montre efficace pour toutes les pratiques outdoor. Elle est simple d’usage et aussi fiable (on passera sous silence les déboires de SAV de certaines marques…). Il s’agit d’un produit bien fini, efficace et beau, ce qui ne gâche rien.

 

 

BATTERIE EFFICACE

Nos priorités sur une montre sont : l’autonomie de la batterie, la fiabilité GPS, la synchronisation via le smart phone et l’ergonomie. La batterie est annoncée pour 14 heures en mode heure, 7 jours avec la réception des notifications et surtout entre 20 et 40 heures en entrainement. L’autonomie est évidemment fonction du choix de précision GPS (ou Glonass et même Galiléo). A l’épreuve du terrain, la durée de vie de la batterie est largement suffisante pour qui veut s’entrainer et ne pas forcément courir un ultra. Les longues sorties vélo passent également.

 

 

Pour recharger ou mettre à jour, ou retrouve la connectique à pince, un peu massive qui tranche avec les dernières prises magnétiques et fines qui équipent le haut de gamme Suunto. L’efficacité est finalement la même à condition de bien placer la pince.

 

Nous n’avons pas rencontré de problème de synchronisations et toutes les opérations sont fluides. Tout passe par la Suunto App dont le design et les fonctionnalités devraient progresser (on l’espère)… L’esthétique, l’ergonomie et certaines fonctionnalités sont à améliorer.

 

 

 

GPS : IMPRÉCISIONS MINEURES

La Suunto 5 pèse 66 grammes contre 79 pour la Suunto S9 Baro et 36 pour la toute dernière Suunto 3. Moins massive que la S9, la version 5 se fait quasiment oublier, notamment en natation. Elle reste plus aisée à porter avec des vestes de trail très proches du corps, notamment au niveau du poignet. En ce qui concerne le GPS, la Suunto 5 satisfait le coureur et le cycliste. Bien entendu, on peut noter quelques distorsions en sous-bois ou des imprécisions dans des courbes mais globalement, la montre fait le job, y compris en navigation. Attention, la Suunto 5 n’a pas de boussole. Elle n’a pas également d’écran tactile (est-une grosse lacune ?) ni d’altimètre barométrique. On note l’antenne du GPS sur le bracelet comme sur… l’ancienne Suunto Ambit !

 

 

Mais elle en offre beaucoup pour une montre que l’on peut qualifier de milieu de gamme. On n’aime pas beaucoup ce qualificatif car la montre est belle, réalisée avec des matériaux flatteurs qui ne se dégradent pas dans le temps. Le bracelet blanc n’a pas bougé alors qu’on lui a fait subi pas mal d’avanies. Il est, en outre, très confortable et précis dans ses réglages. Le verre en Cristal minéral (le haut de gamme est équipé de Cristal Saphir) n’a pas été rayé (à contrario de celui de la Suunto 3), la lunette n’a pas été marquée (il faudrait voir ce que ça donne au poignet d’un guide de haute montagne ou d’un grimpeur…) et les boutons sont toujours précis et semblent solides.

 

 

EFFICACE ET SIMPLE

L’accès aux 80 modes sportifs est direct et ne demande pas d’avaler un mode d’emploi de 20 pages. On appuie sur le bouton du haut à droite et le menu défile avec les exercices possibles : natation en piscine, course basique, cyclisme en salle, cyclisme basique, trail running, marche, musculation. Pour accéder aux autres types d’exercices, il suffit d’appuyer sur « Autre ». On découvre alors : roller, aérobic, yoga, kayak etc… une multitude de programmes plus ou moins exotiques. Le ski alpin est dans cette liste, le triathlon également. Via l’application, on peut, comme sur la Suunto 9, personnaliser les écrans des exercices. Pour le triathlon, on conseille fortement de passer par cette option afin d’afficher les informations que l’on souhaite, priorités à :  fréquence cardiaque, vitesse, distance…

Les intervalles sont gérés au sein des exercices, on programme (sur la montre) de manière classique : les répétitions, la durée de l’intervalle et la récupération. Par contre, pas de possibilité d’intervalles en pyramide.

 

 

NATATION & TRIATHLON

Nous avons beaucoup utilisé la Suunto 5 en natation. Pour la même efficacité que la S9, on a une montre plus légère qui se glisse beaucoup plus facilement sous la manche de la combinaison. Comme sur sa grande sœur, il faut connaitre une petite astuce qui permet de gérer au mieux sa récupération et ses fractionnés en piscine. Une fois l’exercice natation lancé, il suffit d’appuyer deux fois de suite sur le bouton central pour voir apparaitre un écran, copie conforme des grandes pendules chronomètre que l’on voit partout aux murs des piscines.

Les aiguilles de couleur, très lisibles avec les lunettes de natation permettent de gérer des récupérations courtes (ou longues) visuellement.

Comme sur les autres montres du marché, la Suunto 5 ne comptabilise pas les longueurs de bassin lorsque l’on ne bouge pas le bras sur lequel est attachée la montre. Donc, par exemple, toutes les longueurs en battements ne sont pas prises en compte.

Nous avons comparé les performances en piscine de la Suunto 5 avec la Suunto 9 Baro, la Suunto 3 et la Garmin Swim 2. Sur des séances de 2200 mètres environ, la marge d’erreur est faible, entre 25 et 50 mètres. Nous n’avons pas fait la comparaison en open water.

 

 

ÉCRAN PERFECTIBLE

De manière globale, on peut reprocher à la Suunto 5 deux choses en terme de lecture d’écran. La première c’est la relative petitesse de la surface consacrée aux informations par rapport à la taille de la montre (quand on repasse sur la S9, quel plaisir, surtout quand on a la vue qui baisse !). Le deuxième point concerne la luminosité et le contraste de l’écran qui pourraient être améliorés. La Garmin Swim 2 est beaucoup plus lisible dans l’eau.

 

Le capteur cardio optique continue à fonctionner dans l’eau. Pour être tout à fait clair, il vaut mieux appairer la Suunto à une ceinture cardio dédiée comme l’excellente Suunto Smart Sensor. Le capteur cardio optique prend un peu de temps à se caler en début d’exercice, en trail par exemple. Ensuite, il donne une indication globale, on a donc une idée de la tranche de fréquence cardiaque dans laquelle on se trouve. Mais pour des entrainements, pour avoir une plus grande précision et des informations exploitables, le recours à la ceinture est obligatoire. L’appairage est un jeu d’enfant, comme pour la plupart des capteurs de puissance. On note la grande compatibilité de la Suunto avec différents appareils, c’est à signaler car la plupart des montres à ce prix ne le sont pas.

 

Toujours au chapitre cardio optique, la montre continue d’émettre une lumière verte la nuit. Certaines personnes ne supportent pas. Il suffit alors de couper le suivi journalier de la FC pour la supprimer. Du coup, on gagne un peu d’autonomie de la batterie.

 

C’est sans doute compliqué à mettre en place pour les ingénieurs Suunto mais à terme, on verrait bien une fonction qui permettrait de paramétrer la puissance de la vibration de la montre au poignet (notifications, comptage des tours, alarme d’altitude…). Selon les cas, et notamment en pleine action, les vibrations passent inaperçues : ski, natation par exemple.

 

MULTIPLES INFORMATIONS

La Suunto 5, comme ses grandes sœurs délivre une indication que l’on trouve pertinente et intéressante : le temps de récupération. D’un seul coup d’œil, on voit où on en est de son état de fatigue et le temps qu’il faudra consacrer pour recharger ses batteries. L’information (en heures) se trouve dans un sous menu entrainement accessible par plusieurs pressions du bouton du bas à droite. On aurait bien vue cette information accessible bien avant de celle du nombre de pas.

Au-delà de tous ces aspects liés à l’entrainement, la Suunto propose aussi l’arrivée des notifications directement depuis son smart phone (mais pas de possibilité de gérer sa musique…), des indications sur la fréquence cardiaque, sur le fait que l’on est stressé au nom, des encouragements à l’entrainement (Firstbeat), le choix de différentes façades de montre, l’estimation automatique de la VO2Max, le cerclage métallique de la lunette réparable…

 

 

La Suunto 5 est une montre qui offre un bon rapport prix/prestations techniques. Sa filiation avec le haut de gamme S9 Baro est nette. Un produit fiable, bien designé, qui permet de s’entrainer en trail, triathlon, vélo, sans complications grâce à une navigation fluide. Sa batterie et la précision de son GPS font oublier une application Suunto peu enthousiasmante.

 

 

 

"La Suunto 5 est une montre qui offre un bon rapport prix/prestations techniques. Sa filiation avec le haut de gamme S9 Baro est nette. Un produit fiable, bien designé, qui permet de s’entrainer en trail, triathlon, vélo, sans complications grâce à une navigation fluide. Sa batterie et la précision de son GPS font oublier une application Suunto peu enthousiasmante."

Notes

  • 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
  • ERGONOMIE
    8
  • PRÉCISION GPS
    7
  • FRÉQUENCE CARDIAQUE
    6
  • INTERVAL TRAINING
    7
  • SYNCHRONISATION
    8
  • AUTONOMIE BATTERIE
    7
  • CLARTÉ MODE EMPLOI
    8

Prix : 329

Poids

66

Note globale

7.29

TEST LONGUE DUREE

février 2020

Nous avons utilisé cet équipement sur une longue période de temps
Voici ce que nous pensons après une utilisation intensive :

AVEZ-VOUS DES QUESTIONS SUR CE PRODUIT ?

Recevez vos réponses par email. Avez-vous une question particulière concernant la conception, l'utilisation, la durabilité ou autre sur un produit testé? Nous répondrons à votre question personnellement.

DONNEZ VOTRE AVIS SUR CE PRODUIT

  1. RAYBAUD dit :

    Pour résumer, c’est la S9 mais en plus petite, sans écran tactile. Je rejoins la conclusion. Les débuts laborieux de la Spartan et les 2 années de màj ont viabilisés la Suunto. Je l’utilise principalement en natation avec quelques bémols : massive au poignet (nager sans et plus confortable), obliger de mettre le retroéclairage pour bien voir les données, et oui, il compte les coup de bras (mais à l’export de strava, il te déduise les temps où il n’y a pas de mouvement, du coup, le résumé est representatif de la nage)
    A vélo et en course à pieds, c’est clairement la lisibilité qui fait défaut.
    Enfin le mode Endurance (ou autre mode d’économie gps) je ne conseille pas de les utiliser car pour celui qui veut des données instantané et une analyse poussé de ses entrainements c’est brouillon
    Encore un test concis, concret et objectif. Parfait !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    • TREKKING
    • VIA FERRATA
    • CANYONING
    • SKI
    • RAQUETTES
    • SKI RANDONNÉE
    • TRAIL RUNNING
    • ALPINISME
    • ESCALADE
    • VTT
    • VÉLO ROUTE
    • TRIATHLON
UP